Comité franco-allemand des historiens

Le 5e prix de thèse du Comité a été décerné, lors de l'AG du 30 septembre 2016,
à Marion Aballéa pour sa thèse: „Un exercice de diplomatie chez l’ennemi : l’ambassade de France à Berlin 1871-1933“

En savoir plus

A VOIR

Petit tour des blogs d’histoire germanophones

Archives mensuelles : novembre 2012

Lle 24 octobre 2012, nous avons appris le décès de Pierre Ayçoberry, professeur émérite à l’université Strasbourg II et grand spécialiste de l’Allemagne contemporaine, en particulier du national-socialisme. On se souvient de son essai sur La question nazie: essai sur les interprétations du national-socialisme, 1922-1975(1979 – Seuil), de La société allemande sous le IIIe Reich: 1933-1945 (1998 – Seuil) et de beaucoup d’autres. Il était né en 1925.

Voici quelques-uns de ses articles parmi ceux disponibles en ligne:


 

Depuis la rentrée universitaire nous avons appris la disparition de deux de nos membres.

Tout d’abord le décès très prématuré de Marie-Emmanuelle Reytier, le 4 octobre 2012. Née en 1971, elle avait soutenue sa thèse de doctorat sur Les catholiques allemands et la République de Weimar : les Katholikentage, 1919-1932 sous la direction de Jean-Dominique Durand, en 2005.
Voir ses publications sur le site de son laboratoire de Lyon 3.


Wir trauern um unsere Kollegin Marie-Emmanuelle Reytier. Hier können Sie ein Text der Universität Hamburg lesen. 

Eine Mitteilung unseres Präsidenten:
Liebe Kolleginnen und Kollegen,

auch für mich ist der Tod von Marie-Emmanuelle Reytier eine sehr traurige Nachricht. Ich habe ihre intellektuelle Neugier, ihre immense Arbeitskraft und ihre freundliche Kollegialität sehr geschätzt, und wir haben, wie Sie wissen werden, im Bereich der Katholizismus-Geschichte eng zusammengearbeitet. Ich werde der Familie und vor allem ihrer Mutter meine herzliche Anteilnahme auch im Namen des Vorstands des deutsch-französischen Historikerkomiteees aussprechen. Es ist traurig, aber auch wieder ehrenvoll, dass das meine erste Amtshandlung als neuer Präsident des Komitees sein wird.

Mit herzlichen Grüßen,
Ihr
Wilfried Loth

Trois semaines plus tard, le 24 octobre, nous avons également appris le décès de Pierre Ayçoberry (voir ici)

Colloque international, Rennes
30 novembre- 1er décembre 2012

Soixante ans après la publication de l’article fondateur d’Hans Rothfels en Allemagne de l’Ouest, trente-cinq ans après la fondation de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) en France, cette manifestation scientifique entend faire dialoguer dans une perspective franco-allemande tout à la fois comparée et croisée deux traditions historiographiques qui demeurent essentiellement nationalo-centrées.

L’objectif premier de cet exercice comparatiste est de dresser le bilan de l’émergence, de l’enracinement et de la banalisation de l’histoire du temps présent (Zeitgeschichte) de part et d’autre du Rhin. Sur la base d’un droit d’inventaire de l’héritage intellectuel laissé par les premières générations scientifiques de cette sous-discipline historique, nous entendons réfléchir à de nouveaux modèles interprétatifs (avec la notion de paroxysme) voire initier un débat sur l’abandon du temps présent comme champ historiographique singulier.

En outre, cette rencontre scientifique doit permettre de croiser les regards sur un certain nombre d’éléments essentiels à la notion du temps présent : la question des césures, des temporalités, des sources, de la mémoire. Une attention toute particulière sera accordée à la réflexion sur le présent : où commence-t-­‐il ? Quelle est sa profondeur historique ? Cet atelier sera aussi l’occasion de repenser la question du rapport aux sources, notamment à l´époque du web 2.0 : l´historien du temps présent doit engager une nécessaire réflexion sur ses sources présentes et à venir. Quelles sont par exemple les conséquences de la révolution numérique pour la pratique du métier d´historien ?

Programme

Vendredi 30.11.2012 (Salle Jacques Léonard)
13h15 Accueil des participants
13h45 Ouverture – Accueil de la Directrice du CERHIO, Annie Antoine
Introduction du colloque par Hélène Miard-­‐Delacroix, Professeure, Université Paris Sorbonne

14h00
Conférence introductive : Contemporary History in Europe: From Mastering National Pasts to the Future of Writing the World, Kristina Spohr Readman, Senior Lecturer in International History, London School of Economics and Political Science
Commentaire de Jacqueline Sainclivier, Professeure, Université Rennes 2
Discussion

15h15 Première Session: L’histoire du temps présent: un regard comparé franco-­‐allemand

Modération: Marc Bergère (sous réserve) (Maître de conférences, Université Rennes 2)
Stefan Martens (Chercheur, Directeur de l’Institut Historique Allemand, Paris): Entre passé et présent. L’histoire du temps présent en Allemagne
Anne Kerlan / Mailka Rahal (Chargées de recherche, CNRS/ IHTP): Le soleil noir du paroxysme. Adresse aux historiens du temps présent

17h15 Deuxième Session : La fin de l’histoire du temps présent

Modération : Pierre Karila-­Cohen (Maître de conférences, Université Rennes 2 -­ IUF)
Emmanuel Droit (Maître de conférences, Université Rennes 2 / IEA Nantes)
Frank Reichherzer (Chargé de recherche, Université Humboldt de Berlin) : La fin de l’histoire du temps présent telle que nous l’avons connue ? Plaidoyer franco-­‐ allemand pour l’abandon d’une singularité historiographique
Commentaire de Bernard Bruneteau, (Professeur, Université Rennes 1)
Discussion
18h30  Clôture des débats

 Samedi 01.12.2012 (Salle Jacques Léonard + Maison de la Recherche)

9h00-­‐12h30: Ateliers de travail binationaux sous la direction d’enseignants-­‐chercheurs français et allemands
Groupe 1: Histoire du temps présent et césures
Groupe 2: Histoire du temps présent et temporalités
Groupe 3: Histoire du temps présent et sources
Groupe 4: Histoire du temps présent et mémoire

14h00-­‐17h30 Présentation des résultats de groupes en séance plénière et discussion finale

Cette manifestation scientifique bénéfice du soutien de l’Université Rennes 2, de l’Université Humboldt de Berlin, du Conseil Régional de Bretagne, de l’Université Franco-­Allemande, de l’Institut Historique Allemand de Paris et de l’Institut d’Histoire du Temps Présent.

Contact: emmanuel.droit@Uhb.fr

La collection CIFRAQS (Centre interdisciplinaire de recherches franco-canadiennes et franco-américaines – Québec/ Saxe de l’Université de Dresde, Allemagne: www.frankophonie.de),
dirigée par Ingo Kolboom, vient de publier son huitième volume:

Boris Vormann: Zwischen Alter und Neuer Welt. Nationenbildung im transatlantischen Raum. Avec une préface d’Ingo Kolboom.

SYNCHRON Wissenschaftsverlag der Autoren Synchron Publishers, Heidelberg 2012, 218 pages, € 28,00 • ISBN 978-3-939381-47-1

Le présent ouvrage, en langue allemande, compare systématiquement la formation des nations dans l’Ancien et le Nouveau Monde en utilisant comme exemple l’émergence de la France et de l’Angleterre, ainsi que celle des États-Unis et du Canada en tant que nations modernes. La particularité de cet ouvrage provient d’une combinaison de différentes explications sur l’étude du nationalisme et d’autres perspectives permettant de chercher à comprendre ces différentes dynamiques. Les catégories d’analyse qui sont utilisées – Commerce & Pouvoir Étatique ; Communication & Technologie ; Société & Mémoire – regroupent et prennent en compte des perspectives disciplinaires qui ont tendance à s’exclure. L’auteur  démontre que contrairement à ceux qui prétendent que l’idée de la nation moderne est née en Europe et ceux qui affirment qu’elle provienne du ‹Nouveau Monde›, que, en fait, cette idée de nation prend racine entre l’Europe et l’Amérique. Centré plus particulièrement sur le 18ème et 19ème siècle, l’ouvrage offre un nouveau regard sur les caractéristiques structurelles de la formation des nations ainsi que sur les différences historiques et l’influence réciproque entre Ancien et Nouveau Monde.

Im gegenwärtigen Kontext fundamentaler politischer Krisen, eines aus den Fugen geratenen ökonomischen Paradigmas und des ungewissen Ausgangs neuer Demokratiebewegungen wird in vielen Gesellschaften erneut an die Ideale der Nation appelliert. Die Auflösung der Nation und des Nationalstaats, die von einigen bereits in den 1990er Jahren beschworen wurde, scheint verschoben, das postnationale Zeitalter vertagt. Eine neue Auseinandersetzung mit dem Konzept der Nation setzt jedoch ein Verständnis des im 19. Jahrhundert konsolidierten Nationalstaatensystems voraus. Was ist eine Nation? Was Nationenbildung?
Wie sind entsprechende politische Handlungs- und Identitätsräume entstanden? Wie unterscheiden sie sich? Die vorliegende Studie, die mit der Lohrmann Medaille der TU Dresden ausgezeichnet wurde, vergleicht systematisch Prozesse der Nationenbildung in der Alten und Neuen Welt am Beispiel der Entstehung der Vereinigten Staaten und Kanadas sowie der von Frankreich und England. Sie wendet sich an Vertreter unterschiedlicher wissenschaftlicher Disziplinen, etwa der Geschichts-, Politik- und Kulturwissenschaften, aber auch an ein breiteres Publikum. Mit der Fokussierung auf das 18. und 19. Jahrhundert bietet sie einen Blick sowohl auf strukturelle Merkmale der Nationenbildung als auch auf historische Gegensätze und wechselseitige Einflussnahmen zwischen Alter und Neuer Welt.

Boris Vormann est chercheur associé à la Chaire de Recherche du Canada en Études Québécoises et Canadiennes (CRÉQC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et Visiting Fellow à la New York University. Actuellement, il est doctorand à l’école doctorale du John-F.-Kennedy-Institut, Freie Universität Berlin.
Boris Vormann ist assoziierter Forscher an der Chaire de Recherche du Canada en Études Québécoises et Canadiennes (CRÉQC) der Université du Québec à Montréal (UQAM) und Visiting Fellow an der New York University. Zur Zeit ist er Doktorand an der Graduiertenschule des John-F.-Kennedy-Instituts für Nordamerikastudien der Freien Universität Berlin.

Image

Zugang zu allen Bulletins des Komitees

Accès à tous les bulletins du Comité

Le dernier bulletin du Comité est disponible.
Vous pouvez désormais le feuilleter en ligne...