Comité franco-allemand des historiens

Le 6e prix de thèse du Comité a été décerné, lors de l'AG du 12 octobre 2018,
à Valérie Dubslaff pour sa thèse: „"Les femmes et l'extrême droite politique en République fédérale d'Allemagne. Le Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) à l'épreuve du genre, 1964-2017"

En savoir plus

A VOIR

Petit tour des blogs d’histoire germanophones

Archives

admin

AAC: Pensée démocratique et conceptions socio-économiques pendant l’entre-deux-guerres : importance et conséquences d’un débat sociétal majeur en Allemagne, en France, en Angleterre et en Europe centrale

Colloque international à l’Université de Lorraine (Metz) : 25-27 mars 2020

Date limite d’envoi des propositions : 31 octobre 2019

Parmi les principaux acquis des années d’entre-deux-guerres figure certainement le déploiement del’État providence. Malgré des différences significatives entre les divers pays européens, la « démocratie sociale » devint à travers toute l’Europe un terme regroupant de nombreux traits de ce que l’on qualifie aujourd’hui d’« État providence démocratique ». Cette dynamique est tellementmanifeste qu’on a pu parler d’« un moment social-démocratique » (Sheri Berman) dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. Pour autant, au sortir de la Première guerre mondiale, dans un contexte de retour aux économies de paix et face à la crise manifeste de la théorie libérale confrontée aux grandescrises économiques des années 1920, les interrogations sur l’articulation entre la politique et l’économie et sur le rôle de l’État dans l’économie sont nombreuses. La question de la « démocratie économique », c’est-à dire de l’organisation démocratique de l’économie, devient un des enjeuxcentraux, auquel sont confrontés tous les acteurs de la démocratie. (…)

Voir l’appel détaillé

CfP: Demokratisches Denken und sozio-ökonomische Konzepte in der Zwischenkriegszeit : zur Bedeutung und Wirkung einer gesellschaftlichen Debatte in Deutschland, Frankreich, Großbritannien und Mitteleuropa

Internationale Tagung an der Universität Lothringen (Metz): 25.-27.3. 2020

Einsendeschluss der Vortragsvorschläge: 31.10.2019

Zu den größten Errungenschaften der Zwischenkriegszeit gehörte sicherlich der Ausbau des Wohlfahrtstaates. Trotz der erheblichen Unterschiede zwischen den verschiedenen Ländern Europaswurde die „soziale Demokratie“ europaweit ein Sammelbegriff für das, was heute als „demokratischer Wohlfahrtsstaat“ verstanden wird. Diese Dynamik ist derart offensichtlich, dass man von „einem sozialdemokratischen Moment“ (Sheri Berman) im Europa der Zwischenkriegszeit hat sprechenkönnen. Trotzdem stellen sich, ausgangs des Ersten Weltkrieges, angesichts der Rückkehr zur Friedenswirtschaft und der offensichtlichen Krise der liberalen Theorie, zahlreiche Fragen zum Verhältnis von Politik und Wirtschaft und zur Rolle des Staates. Die Frage der „Wirtschaftsdemokratie“, d.h. der demokratischen Ordnung der Wirtschaft wird eines der zentralen Themen, der sich alle demokratischen Akteure stellen müssen. (…)

Siehe den Call


Vom 26. August bis zum 6. September 2013 finden die ersten beiden Teile einer trinationalen Sommeruniversität in Saarbrücken und Nantes statt. Der dritte Teil des Projekts wird voraussichtlich im Frühjahr 2014 in Tbilissi stattfinden.
Veranstaltet wird das Projekt vom Frankreichzentrum der Universität des Saarlandes in Kooperation mit dem Centre Culturel Franco-Allemand in Nantes, der Université de Nantes sowie der Ivane Javakhishvhili Tbilisi State University und dem DAAD-Informationszentrum Tbilissi.

Unter dem Titel „Die Zukunft unserer Städte“ widmet sich das diesjährige Programm den Herausforderungen der urbanen Entwicklung am Beispiel der Partnerstädte Saarbrücken, Nantes und Tbilissi. In Vorträgen und Workshops mit Vertretern aus Wissenschaft und Praxis werden Zukunftsmodelle für das Zusammenleben in der Stadt vorgestellt und diskutiert. Hierbei geht es nicht nur um den grenzüberschreitenden, sprachlich-kulturellen Austausch, sondern auch um einen Austausch über Fächergrenzen hinweg.

Das interdisziplinäre Programm richtet sich an Studierende höherer Semester/im Master und (Post-) Doktoranden geistes-, kultur- und sozialwissenschaftlicher Studiengänge (besonders auch Geographie, Urbanistik und Architektur), die sich für das Thema „Stadt“ interessieren. Pro Teilnehmerland werden 10 Plätze vergeben. Die deutsche Teilnehmer können sich ab sofort bis zum 15. Mai 2013 anmelden.

Ausführliche Informationen zum Programm sowie zu den Anmeldemodalitäten finden Sie auf der Homepage des Frankreichzentrums: www.uni-saarland.de/fz

Kontakt: Aurelle Garnier M.A. Wiss. Mitarbeiterin
Frankreichzentrum – Pôle France
Universität des Saarlandes
Postfach 15 11 50 D-66041 Saarbrücken
a.garnier@mx.uni-saarland.de

Résistance et opposition en République démocratique allemande (RDA). Tentatives de conquête de l’espace public (1949–1990)

Du 20 au 22 mars 2013, l’Université de Bordeaux 3 organise, en coopération avec les archives de la Stasi, l’Université franco-allemande, le Goethe-Institut Bordeaux et l’Institut historique allemand, un colloque franco-allemand consacré à la résistance et à l’opposition en RDA, un thème peu étudié en France.

Les chercheurs réunis – historiens, politistes et germanistes – chercheront à définir les formes d’actions, les idées et les valeurs des personnes ayant cherché à renverser ou à réformer l’État est-allemand. La réflexion conceptuelle sera enrichie par un débat autour des notions de Résistance en France (Olivier Wieviorka), de résistance allemande à Hitler (Gilbert Merlio) et de résistance civile (Jacques Semelin). Différents thèmes seront abordés allant de la révolte du 17 juin 1953 à la révolution pacifique de 1989 en passant par le socialisme réformiste, les subcultures et les milieux artistiques en dissidence, l’écriture de samisdats ou le soutien au chansonnier Wolf Biermann.

L’invité d’honneur Roland Jahn, directeur des archives de la Stasi à Berlin, donnera deux entretiens, l’un sur son parcours d’opposant, l’autre sur la question de la mémoire et du traitement (unique au monde) des archives de la police politique est-allemande dans l’Allemagne réunifiée.

Organisé par Hélène Camarade, le colloque réunira des témoins des années 1950 et 1980, des universitaires, des étudiants et un large public. Il sera accompagné d’une exposition Jugendopposition inaugurée le 20 mars 2013 au Goethe-Institut Bordeaux.

Voir le programme complet sur le site du laboratoire CLARE
ou voir le dépliant du colloque

Le colloque bénéficie également du soutien du Conseil régional d’Aquitaine, de la Robert-Havemann-Gesellschaft, de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, de l’Administration du Bundesbeauftragter für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR et de l’Administration du Berliner Landesbeauftragter für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen DDR.

Depuis la rentrée universitaire nous avons appris la disparition de deux de nos membres.

Tout d’abord le décès très prématuré de Marie-Emmanuelle Reytier, le 4 octobre 2012. Née en 1971, elle avait soutenue sa thèse de doctorat sur Les catholiques allemands et la République de Weimar : les Katholikentage, 1919-1932 sous la direction de Jean-Dominique Durand, en 2005.
Voir ses publications sur le site de son laboratoire de Lyon 3.


Wir trauern um unsere Kollegin Marie-Emmanuelle Reytier. Hier können Sie ein Text der Universität Hamburg lesen. 

Eine Mitteilung unseres Präsidenten:
Liebe Kolleginnen und Kollegen,

auch für mich ist der Tod von Marie-Emmanuelle Reytier eine sehr traurige Nachricht. Ich habe ihre intellektuelle Neugier, ihre immense Arbeitskraft und ihre freundliche Kollegialität sehr geschätzt, und wir haben, wie Sie wissen werden, im Bereich der Katholizismus-Geschichte eng zusammengearbeitet. Ich werde der Familie und vor allem ihrer Mutter meine herzliche Anteilnahme auch im Namen des Vorstands des deutsch-französischen Historikerkomiteees aussprechen. Es ist traurig, aber auch wieder ehrenvoll, dass das meine erste Amtshandlung als neuer Präsident des Komitees sein wird.

Mit herzlichen Grüßen,
Ihr
Wilfried Loth

Trois semaines plus tard, le 24 octobre, nous avons également appris le décès de Pierre Ayçoberry (voir ici)

Colloque international, Rennes
30 novembre- 1er décembre 2012

Soixante ans après la publication de l’article fondateur d’Hans Rothfels en Allemagne de l’Ouest, trente-cinq ans après la fondation de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) en France, cette manifestation scientifique entend faire dialoguer dans une perspective franco-allemande tout à la fois comparée et croisée deux traditions historiographiques qui demeurent essentiellement nationalo-centrées.

L’objectif premier de cet exercice comparatiste est de dresser le bilan de l’émergence, de l’enracinement et de la banalisation de l’histoire du temps présent (Zeitgeschichte) de part et d’autre du Rhin. Sur la base d’un droit d’inventaire de l’héritage intellectuel laissé par les premières générations scientifiques de cette sous-discipline historique, nous entendons réfléchir à de nouveaux modèles interprétatifs (avec la notion de paroxysme) voire initier un débat sur l’abandon du temps présent comme champ historiographique singulier.

En outre, cette rencontre scientifique doit permettre de croiser les regards sur un certain nombre d’éléments essentiels à la notion du temps présent : la question des césures, des temporalités, des sources, de la mémoire. Une attention toute particulière sera accordée à la réflexion sur le présent : où commence-t-­‐il ? Quelle est sa profondeur historique ? Cet atelier sera aussi l’occasion de repenser la question du rapport aux sources, notamment à l´époque du web 2.0 : l´historien du temps présent doit engager une nécessaire réflexion sur ses sources présentes et à venir. Quelles sont par exemple les conséquences de la révolution numérique pour la pratique du métier d´historien ?

Programme

Vendredi 30.11.2012 (Salle Jacques Léonard)
13h15 Accueil des participants
13h45 Ouverture – Accueil de la Directrice du CERHIO, Annie Antoine
Introduction du colloque par Hélène Miard-­‐Delacroix, Professeure, Université Paris Sorbonne

14h00
Conférence introductive : Contemporary History in Europe: From Mastering National Pasts to the Future of Writing the World, Kristina Spohr Readman, Senior Lecturer in International History, London School of Economics and Political Science
Commentaire de Jacqueline Sainclivier, Professeure, Université Rennes 2
Discussion

15h15 Première Session: L’histoire du temps présent: un regard comparé franco-­‐allemand

Modération: Marc Bergère (sous réserve) (Maître de conférences, Université Rennes 2)
Stefan Martens (Chercheur, Directeur de l’Institut Historique Allemand, Paris): Entre passé et présent. L’histoire du temps présent en Allemagne
Anne Kerlan / Mailka Rahal (Chargées de recherche, CNRS/ IHTP): Le soleil noir du paroxysme. Adresse aux historiens du temps présent

17h15 Deuxième Session : La fin de l’histoire du temps présent

Modération : Pierre Karila-­Cohen (Maître de conférences, Université Rennes 2 -­ IUF)
Emmanuel Droit (Maître de conférences, Université Rennes 2 / IEA Nantes)
Frank Reichherzer (Chargé de recherche, Université Humboldt de Berlin) : La fin de l’histoire du temps présent telle que nous l’avons connue ? Plaidoyer franco-­‐ allemand pour l’abandon d’une singularité historiographique
Commentaire de Bernard Bruneteau, (Professeur, Université Rennes 1)
Discussion
18h30  Clôture des débats

 Samedi 01.12.2012 (Salle Jacques Léonard + Maison de la Recherche)

9h00-­‐12h30: Ateliers de travail binationaux sous la direction d’enseignants-­‐chercheurs français et allemands
Groupe 1: Histoire du temps présent et césures
Groupe 2: Histoire du temps présent et temporalités
Groupe 3: Histoire du temps présent et sources
Groupe 4: Histoire du temps présent et mémoire

14h00-­‐17h30 Présentation des résultats de groupes en séance plénière et discussion finale

Cette manifestation scientifique bénéfice du soutien de l’Université Rennes 2, de l’Université Humboldt de Berlin, du Conseil Régional de Bretagne, de l’Université Franco-­Allemande, de l’Institut Historique Allemand de Paris et de l’Institut d’Histoire du Temps Présent.

Contact: emmanuel.droit@Uhb.fr

La collection CIFRAQS (Centre interdisciplinaire de recherches franco-canadiennes et franco-américaines – Québec/ Saxe de l’Université de Dresde, Allemagne: www.frankophonie.de),
dirigée par Ingo Kolboom, vient de publier son huitième volume:

Boris Vormann: Zwischen Alter und Neuer Welt. Nationenbildung im transatlantischen Raum. Avec une préface d’Ingo Kolboom.

SYNCHRON Wissenschaftsverlag der Autoren Synchron Publishers, Heidelberg 2012, 218 pages, € 28,00 • ISBN 978-3-939381-47-1

Le présent ouvrage, en langue allemande, compare systématiquement la formation des nations dans l’Ancien et le Nouveau Monde en utilisant comme exemple l’émergence de la France et de l’Angleterre, ainsi que celle des États-Unis et du Canada en tant que nations modernes. La particularité de cet ouvrage provient d’une combinaison de différentes explications sur l’étude du nationalisme et d’autres perspectives permettant de chercher à comprendre ces différentes dynamiques. Les catégories d’analyse qui sont utilisées – Commerce & Pouvoir Étatique ; Communication & Technologie ; Société & Mémoire – regroupent et prennent en compte des perspectives disciplinaires qui ont tendance à s’exclure. L’auteur  démontre que contrairement à ceux qui prétendent que l’idée de la nation moderne est née en Europe et ceux qui affirment qu’elle provienne du ‹Nouveau Monde›, que, en fait, cette idée de nation prend racine entre l’Europe et l’Amérique. Centré plus particulièrement sur le 18ème et 19ème siècle, l’ouvrage offre un nouveau regard sur les caractéristiques structurelles de la formation des nations ainsi que sur les différences historiques et l’influence réciproque entre Ancien et Nouveau Monde.

Im gegenwärtigen Kontext fundamentaler politischer Krisen, eines aus den Fugen geratenen ökonomischen Paradigmas und des ungewissen Ausgangs neuer Demokratiebewegungen wird in vielen Gesellschaften erneut an die Ideale der Nation appelliert. Die Auflösung der Nation und des Nationalstaats, die von einigen bereits in den 1990er Jahren beschworen wurde, scheint verschoben, das postnationale Zeitalter vertagt. Eine neue Auseinandersetzung mit dem Konzept der Nation setzt jedoch ein Verständnis des im 19. Jahrhundert konsolidierten Nationalstaatensystems voraus. Was ist eine Nation? Was Nationenbildung?
Wie sind entsprechende politische Handlungs- und Identitätsräume entstanden? Wie unterscheiden sie sich? Die vorliegende Studie, die mit der Lohrmann Medaille der TU Dresden ausgezeichnet wurde, vergleicht systematisch Prozesse der Nationenbildung in der Alten und Neuen Welt am Beispiel der Entstehung der Vereinigten Staaten und Kanadas sowie der von Frankreich und England. Sie wendet sich an Vertreter unterschiedlicher wissenschaftlicher Disziplinen, etwa der Geschichts-, Politik- und Kulturwissenschaften, aber auch an ein breiteres Publikum. Mit der Fokussierung auf das 18. und 19. Jahrhundert bietet sie einen Blick sowohl auf strukturelle Merkmale der Nationenbildung als auch auf historische Gegensätze und wechselseitige Einflussnahmen zwischen Alter und Neuer Welt.

Boris Vormann est chercheur associé à la Chaire de Recherche du Canada en Études Québécoises et Canadiennes (CRÉQC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et Visiting Fellow à la New York University. Actuellement, il est doctorand à l’école doctorale du John-F.-Kennedy-Institut, Freie Universität Berlin.
Boris Vormann ist assoziierter Forscher an der Chaire de Recherche du Canada en Études Québécoises et Canadiennes (CRÉQC) der Université du Québec à Montréal (UQAM) und Visiting Fellow an der New York University. Zur Zeit ist er Doktorand an der Graduiertenschule des John-F.-Kennedy-Instituts für Nordamerikastudien der Freien Universität Berlin.

Le Comité franco-allemand des historiens a décerné son prix de thèse 2012 lors de sa dernière assemblée générale (octobre 2012 – Berlin). Le bureau avait a dû choisir entre 7 thèses présélectionnées par les membres, toutes de très grande qualité.

Bei seiner letzten Hauptversammlung (Oktober 2012 – Berlin) hat das Deutsch-Französische Historikerkomitee seinen Dissertationpreis 2012 verliehen. Das Komitee musste zwischen sieben in die Vorauswahl gelangten Forschungsarbeiten auswählen, welche allesamt höchsten Ansprüchen genügten.

Le lauréat est Fabien Théofilakis, pour sa thèse :
Der Laureat ist Fabien Théofilakis für seine Doktorarbeit:

Les prisonniers de guerre allemands en mains françaises (1944-1949) : Captivité en France, rapatriement en Allemagne/
Die deutschen Kriegsgefangenen in französischer Hand (1944-1949) : Gefangenschaft in Frankreich, Repatriierung nach Deutschland

Thèse en cotutelle entre l’Université de Paris Ouest et l’Université de Augsbourg, sous la co-direction de Mme la professeur Annette Becker, MM. les professeurs Henry Rousso et Andreas Wirsching.
Jury : Mmes les professeurs Sarah Fishman, Silvia Serena Tschopp,
MM. les professeurs Philippe Buton, Bernd Wegner
Thèse soutenue publiquement le 7 décembre 2010.

La remise du prix sera l’occasion pour F. Théofilakis de présenter son travail. La date n’est pas encore fixée, mais cette cérémonie se tiendra très probablement à Berlin.
Dem Gewinner F. Théofilakis wird die Auszeichnung die Gelegenheit bieten, seine Arbeit vorzustellen. Das genaue Datum ist noch offen, doch die Verleihungszeremonie wird wahrscheinlich in Berlin stattfinden.

 

Fabien Theofilakis a été l’invité de France Culture (24 octobre 2012).
Vous pouvez écouter cette émission ici: Les prisonniers de guerre

ou directement sur le lecteur intégré :

 

S’il n’a pas encore publié sa thèse (ce que le prix du Comité devrait favoriser), Fabien Théofilakis vient de diriger – en coopération avec Anne-Marie Pathé – un ouvrage collectif qui va paraître en novembre : La captivité de guerre au XXe siècle : des archives, des histoires, des mémoires, Armand Colin, 2012. Nous y reviendrons bientôt.

MARIANNE & GERMANIA dans la caricature

 Maison Heinrich Heine

 Exposition du 6 novembre au 17 décembre 2012 dans la Grande Salle, de 10h00 à 20h00

Les membres du Comité sont invités au vernissage mardi 6 novembre 2012 à 19h30
(vous avez reçu l’invitation par mail)

L’exposition itinérante « Marianne et Germania », réalisée par Ursula E. Koch, compte 90 caricatures allemandes et françaises du 16e jusqu’au 20e siècle. Elle met en scène deux figures emblématiques : Marianne, effigie française, et Germania, sa voisine allemande. A travers les exagérations, simplifications et déformations du vocabulaire formel, le public explore « l’âme » de chaque nation. Au cours des périodes historiques agitées, les caricatures étaient essentiellement utilisées à des fins de propagande. La sélection de caricatures montre le chemin long et ardu qu’il a fallu parcourir pour que de ces deux pays, certes, voisins mais souvent ennemis, naisse le couple franco-allemand.

 Fondation de l’Allemagne, Maison Heinrich Heine, 27c bd Jourdan, 75014 Paris, Tél. 01 44 16 13 00, info@maison-heinrich-heine.org, RER B/T3 : Cité Universitaire, Bus 21, 67

 Appel à communications ; Colloque international

« La fabrique de la Paix : Acteurs, Processus et Mémoires »


Date du colloque. Du 2 au 4 octobre 2013.
Lieu : Université Paul-Valéry Montpellier III, site de Saint-Charles.

Quelle contribution les Sciences humaines et sociales, à la lumière des exemples d’époques et de périodes différentes, peuvent-elles apporter à ce débat ? Débat, en effet, car les voies et moyens pour parvenir à la paix et, plus encore la maintenir, sont tout sauf évidentes.
Le cœur du colloque sera consacré à la notion de processus de paix, avec une première question, simple mais vaste : est-il possible d’identifier un schéma, un modèle ou des similitudes dans les façons de parvenir à la paix ? A contrario, la même question peut-elle trouver une réponse s’agissant des échecs, des déraillements, des effondrements de processus de paix ? Troisième question, dans une liste qui pourra être étoffée : La paix peut-elle être imposée ?

il a été décidé de fixer quatre axes principaux. Les propositions de communication devront se rattacher à l’un ou plusieurs de ces axes :
1. « Penser la paix »: Théories, discours sur la paix et sur les entreprises de pacification, Représentations.
2 « Faire ou ne pas faire la paix »: Réussites, processus, blocages et échecs: études de cas.
3 « Techniques et stratégies de pacification »: Les différents répertoires de pratiques (gestes de paix; pratiques de négociation; rituels ; et pacification des mémoires (commissions, TPY, TPR, musées et mémoriaux), etc.)
4 « Des hommes et des femmes, artisans et acteurs de la paix » : approche biographique ou prosoprographique

Voir le détail de l’appel à communication

Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales « C.R.I.S.E.S. »
Université Paul-Valéry-Montpellier 3

Chaire Raoul-Dandurand en Etudes stratégiques et diplomatiques
Université du Québec à Montréal

Date limite des remises de proposition : 30 janvier 2013.
Les candidatures sont à adresser conjointement à :
jean-francois.thomas@univ-montp3.fr et antoine.coppolani@univ-montp3.fr

Was geschah am 16. Februar 1944?
Que s’est-il passé le 16 février 1944?

LE MASSACRE DU / DAS MASSAKER VOM PONT LASVEYRAS


Am frühen Morgen des 16. 02. 1944 begibt sich ein deutsches Kommando von Limoges aus zu einem entlegenen Ort, wo sich junge STO-Arbeitsverweigerer verstecken, der Mühle am Flüsschen Auvezère bei der Lasveyras – Brücke, am Schnittpunkt der drei Bezirke : Haute-Vienne(87), Corrèze (19) und Dordogne(24). Die Deutschen umzingeln die Mühle und überfallen 49 Maquisards im Alter von 19 bis 25 Jahren. 34 Männer werden an Ort und Stelle erschossen, 12 werden nach Deutschland deportiert, 5 von ihnen werden von den Lagern nicht zurückkommen. Zwei Männer springen in das eiskalte Wasser der Auvezère und können entfliehen. Ein Mann überlebt dem Genickschuss.

Erwähnt wird dieses Massaker im Film von Winfried Lachauer « Lehrjahre beim Feind », produziert im Juli 2004 im Auftrag des SWR sowie im Film des Vereins Amicale des Familles et Amis des Victimes du nazisme en Limousin et Périgord (AFAV) « Massacre du Pont Lasveyras » (Januar 2011).

Dieser dramatische Vorfall ist aber auch Stoff für Gerüchte und für Werke, die Dichtung und Wahrheit mischen. Das diesbezügliche deutsche Militärarchiv in Freiburg und in Berlin wurde eben nicht ausgewertet.

Der AFAV sucht deshalb, mit Hilfe der deutsch-französischen Gesellschaft im Limousin (ALIFRAL) eine/n Akademiker/in, der/die sich für die wissenschaftliche Erforschung dieses Vorfalls einsetzt.

Mehr Informationen

Le 16 février 1944, au petit matin, un détachement allemand, venant de Limoges, fait route vers un refuge où se trouvent cantonnés de jeunes réfractaires au S.T.O.: le moulin du pont Lasveyras, situé sur les bords de l’Auvezère – en limite de trois départements Haute-Vienne (87), Corrèze (19) et Dordogne (24). Les Allemands encerclent le moulin et passent à l’attaque, surprenant quarante-neuf maquisards, âgés de dix-neuf à vingt-cinq ans. Trente-quatre hommes sont exécutés sur place, douze sont déportés dans les camps en Allemagne – cinq n’en reviendront pas. Deux hommes s’échappent en se jetant dans la rivière glacée. Un homme survivra à la balle tirée dans la nuque. Ce massacre est évoqué dans le film de Winfried Lachauer réalisé par la SWR en juillet 2004 « Apprentissage chez l’ennemi » et dans le film « Massacre du Pont Lasveyras » réalisé en janvier 2011 par l’Amicale des Familles et Amis des Victimes du nazisme en Limousin et Périgord (AFAV). Ce sujet dramatique, qui est également la matière de plusieurs récits romancés et de « on dit », n’est pas complètement élucidé. Les archives militaires allemandes à Fribourg et à Berlin, en particulier, n’ont pas été exploitées.
L’AFAV cherche, avec le concours de l’Association LImousine FRanco-ALlemande (ALIFRAL) un(e) universitaire allemand(e) intéressé(e) par l’étude rigoureuse de ce point d’histoire.

Nathalie Le Bouëdec et Fritz Taubert (Université de Bourgogne)
nous prient d’annoncer l’appel à communication suivant:

Journée d’étude

Transitions démocratiques et transformation des élites
en Allemagne au XXe siècle/

Demokratisierungsprozesse und Wandel der Eliten
in Deutschland im 20. Jahrhundert

(Dijon, vendredi 7 juin 2013)

L’objectif de cette journée d’étude, qui s’adresse aussi bien aux germanistes civilisationnistes qu’aux historiens, sociologues et politistes est de porter un regard comparatif sur ces trois transitions démocratiques à travers la question de la transformation des élites, qui apparaissent comme des acteurs majeurs de ces processus. Dans quelle mesure le changement de régime politique s’est-il accompagné d’une transformation des élites et dans quelle mesure cette transformation – ou absence de transformation – a-t-elle contribué – ou non – à la consolidation de la démocratie ?

Voir le détail de l’appel à communication.

Les propositions de communication d’environ 300 mots sont à adresser accompagnées d’un bref CV avant le 15 décembre 2012 à Nathalie Le Bouëdec (nathalie.le-bouedec@u-bourgogne.fr).

Dieser Call for paper wendet sich sowohl an „civilisationnistes“ (unter den Germanisten) als auch an Historiker, Soziologen und Politikwissenschaftler. Im Rahmen der Tagung soll ein vergleichender Blick auf die genannten demokratischen Systemwechsel geworfen werden. Dabei soll die Frage nach dem Wandel der Eliten als Hauptakteure dieser Prozesse im Mittelpunkt stehen: Inwiefern ging der Systemwechsel mit einem Elitenwandel einher und inwiefern hat dieser Wandel – oder Nicht-Wandel – zur Festigung der Demokratie beigetragen?

Mehr Informationen lesen.

Bitte schicken Sie Ihre Beitragsvorschläge (ca. 300 Wörter) mit provisorischem Titel und einem kurzen Lebenslauf bis zum 15. Dezember 2012 an Nathalie Le Bouëdec (nathalie.le-bouedec@u-bourgogne.fr).

Veranstalter: Dr. Nathalie Le Bouëdec, Prof. Dr. Fritz Taubert (Université de Bourgogne, Forschungszentrum Centre Interlangues)

Vient de paraître
Neuerscheinung

Jean-François Eck (Hrsg.), Dietmar Hüser (Hrsg.)

Deutschland und Frankreich in der Globalisierung im 19. und 20. Jahrhundert / L’Allemagne, la France et la mondialisation aux XIXe et XXe siècles,
Schriftenreihe des Deutsch-Französischen Historikerkomitees, Band 8, Steiner Verlag, 2012, 213 S

Table des matières / Inhaltsverzeichnis

Die Globalisierung ist ein Thema, das seit einigen Jahren eine prominente Stelle innerhalb der sozial- und geschichtswissenschaftlichen Forschung einnimmt. Für die deutsche wie auch die französische Geschichte des 19. und 20. Jahrhunderts hat sie eine besondere Relevanz, die sich vor allem während der Beschleunigungsperioden zeigt, d.h. zwischen 1860 und 1914 und seit den 1970er Jahren. Hier liegen sowohl die spezifische Rolle, die Frankreich und Deutschland gespielt haben, als auch die Hindernisse, die den Globalisierungswellen entgegenstanden, und die Reaktionen, die sie hervorriefen, offen zutage. Vor diesem Hintergrund verknüpfen die Beiträge dieses Bandes die nationalgeschichtliche Dimension mit transfergeschichtlichen, transnationalen und globalen Fragestellungen im Sinne einer « Verflechtungs- und Beziehungsgeschichte ». Im Fokus stehen dabei drei Themenblöcke: die wirtschaftlichen Aspekte der Globalisierung, Gesellschaften in der Globalisierung, Globalisierung und internationale Beziehungen.

La mondialisation est un sujet qui a pris une place croissante dans la recherche en sciences sociales, tout spécialement en histoire, depuis quelques années. Son étude intéresse particulièrement la France et l’Allemagne à l’époque contemporaine. Elle montre, dans un cas concret, les aspects pris par un phénomène aux dimensions multiples, notamment durant les deux grandes périodes de son accélération : les années 1860–1914 d’une part, 1970–2000 d’autre part. Elle permet de multiplier les études comparatives, portant sur le rôle spécifique joué par les deux pays dans le processus, mais aussi sur les réactions qu’il a suscitées et les obstacles auxquels il s’est heurté. Dans tout ceci, l’histoire nationale s’entrecroise sans cesse avec celle des échanges, des transferts, des interconnexions et les problématiques des historiens des deux pays à l’époque contemporaine rencontrent souvent celles des spécialistes d’autres périodes et d’autres aires géographiques. Le Comité franco-allemand de recherches a organisé sur ce thème un colloque dont ce volume rassemble les actes. Les contributions sont regroupées en trois grandes rubriques consacrées à la mondialisation et les forces économiques, puis aux sociétés dans la mondialisation, enfin aux rapports entre mondialisation et relations internationales.

Colloque international organisé par l’Université de Strasbourg (EA ARCHE), l’Institut Universitaire de France
et la Société d’histoire religieuse de la France

La coexistence confessionnelle en France et dans les mondes germaniques
du Moyen Age à nos jours

Strasbourg, 18-20 octobre 2012

Maison des Sciences de l’Homme d’Alsace (MISHA) salle des conférences

Le colloque organisé conjointement par la Société d’histoire religieuse de la France et l’université de Strasbourg souhaite nuancer la théorie de la confessionnalisation et, au-delà de la division religieuse proprement dite, envisager les différents aspects de la coexistence confessionnelle, de l’opposition frontale à la coexistence pacifique, de la guerre à l’indifférence, en passant par le dialogue et le débat, dans une perspective diachronique allant du Moyen Âge à nos jours et concernant confessions chrétiennes comme non-chrétiennes, ainsi que les relations qu’elles entretiennent entre elles. En relation avec le lieu d’organisation (Strasbourg), l’espace considéré est centré sur la France et les mondes germaniques, mais n’exclut pas, pour sortir d’une comparaison exclusivement binaire, l’intervention d’espaces tiers, dans et en dehors de l’Europe.

Voir le programme

Martial Libera, Un rêve de puissance. La France et le contrôle de l’économie allemande (1942-1949), Bruxelles, Bern, Berlin, Peter Lang, coll. Enjeux internationaux. Vol. 23, 2012. 639 p.
ISBN 978-90-5201-859-1

Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, la France a-t-elle tenté d’abaisser l’Allemagne pour devenir, à sa place, la première puissance industrielle et sidérurgique du continent européen ? En d’autres termes, les décideurs français ont-ils projeté de hisser la France au rang de grande puissance sur les cendres d’une Allemagne vaincue et occupée ?
En se fondant sur une très large documentation, issue d’archives publiques et privées, françaises et allemandes, ce livre revisite ces questions essentielles, toujours en débat dans l’historiographie. Pour approcher au plus près la politique économique de la France vis-à-vis de l’Allemagne, il s’appuie sur la méthodologie de l’école française d’histoire des relations internationales.
Il analyse les objectifs des différents acteurs de la politique allemande de la France, les projets concurrents élaborés par la haute administration française, les processus décisionnels aboutissant à la définition des politiques défendues par les gouvernements successifs. Il étudie aussi les « forces profondes » et les relations de la France avec ses Alliés qui agissent comme autant de contraintes, intérieures et extérieures, sur les ambitions françaises. En définitive, cet ouvrage met en lumière l’abîme existant entre la volonté de puissance affichée par la France, les moyens réellement mis en oeuvre et les résultats effectivement obtenus.

Voir la feuille de présentation de l’éditeur / Werbeblatt
Voir la table des matières / Inhaltsverzeichnis

Syndicats et comportement ouvrier en France et en Allemagne 1890-1990

Gewerkschaften, Arbeiterwelt und Arbeiterkultur  in  Frankreich und in Deutschland von 1890 bis 1990

 

 Friedrich Ebert Stiftung, Hiroshimastrasse 17, 10785   Berlin

5-6 octobre 2012 │5.-6. Oktober 2012


 Vous trouverez ici le programme détaillé en version bilingue

Organisateurs du colloque │Organisatoren der Tagung

 Prof. Dr. Jean-François Eck (Université Charles de Gaulle – Lille III)
Prof. Dr. Etienne François (Freie Universität Berlin)
Prof. Dr. Dietmar Hüser (Universität Kassel)
Prof. Dr. Reiner Marcowitz (Université de Lorraine)
Prof. Dr. Guido Thiemeyer (Université de Cergy-Pontoise)
Prof. Dr. Jérôme Vaillant (Université Charles de Gaulle – Lille III)

Le colloque a bénéficié du soutien financier de│Die Tagung wird finanziellel gefördert durch:
Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG)
Deutsch-Französische Hochschule / Université Franco-Allemande
Friedrich-Ebert Stiftung
Hans-Böckler Stiftung


Ausschreibung einer Stelle als wissenschaftliche/r Mitarbeiter/in (E13, TV-L, 65%)

im Rahmen des Forschungsprojekts

„Evakuierungen im deutsch-französischen Grenzraum 1939-1945“ (DFG/ANR)

An der Ruhr-Universität Bochum ist bei der Juniorprofessur für Europäische Geschichte eine Stelle als wissenschaftliche/r Mitarbeiter/in (Entgeltstufe E13 TV-L, mit 65% der wöchentlichen Arbeitszeit) schnellstmöglich für drei Jahre zu besetzen. Die Stelle ist Teil eines bi-nationalen Forschungsprojekts zu den „Evakuierungen im deutsch-französischen Grenzraum 1939-1945“, das als Kooperation der Ruhr-Universität Bochum, der Universität des Saarlandes und der Université Paris-Sorbonne durchgeführt und von der Deutschen Forschungsgemeinschaft und der Agence nationale de la recherche gefördert wird.

Weitere Informationen hier

Appel à candidature

Poste de doctorat (« wissenschaftlicher Mitarbeiter », E13, TV-L, 65%)

dans le cadre du projet de recherche

« Les évacuations dans l’espace frontalier franco-allemand 1939–1945 » (ANR/DFG)

À l’Université de la Ruhr à Bochum, un poste de wissenschaftlicher Mitarbeiter est à pourvoir le plus tôt possible, pour une durée de trois ans, auprès de la Juniorprofessur für Europäische Geschichte (rémunération: échelon E13 TV-L, avec 65% du temps de travail hebdomadaire). Le poste fait partie d’un projet de recherche binational sur « Les évacuations dans l’espace frontalier franco-allemand 1939–1945 », mené sous la forme d’un projet de coopération entre l’Université de la Ruhr à Bochum, l’Université de la Sarre (Sarrebruck) et l’Université Paris-Sorbonne et financé par l’Agence Nationale de la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft.

En savoir plus


13 et 14 septembre 2012

A l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, la MSH de Dijon organise
un colloque international sur
« La Guerre d’Algérie et le Monde communiste »

qui aura lieu le 13 et 14 septembre.

Ce colloque tournera autour d’une problématique rarement traitée jusqu’ici, le rôle des « démocraties populaires » dans l’internationalisation du conflit voulue par le FLN. Dans les contributions seront évoqués aussi les différents intérêts des pays concernés et les doutes sur le futur gouvernement d’une Algérie indépendante.

 Voir le programme

Information communiquée par Fritz Taubert

La grande enquête Radio France, ARD et ARTE

Comment Français et Allemands vivent-ils la relation franco-allemande ? Quel regard portent-ils sur leurs voisins ? Quel avenir commun envisagent-ils ? Quelle Europe veulent-ils ? La Fondation Jean-Jaurès s’associe à Radio France, l’ARD, DeutschlandRadio et Arte pour une grande enquête à l’occasion du cinquantenaire du traité de l’Elysée.

Le 22 janvier 2013, le traité de l’Elysée aura 50 ans.

A cette occasion, Radio France, l’ARD, DeutschlandRadio et Arte lancent une grande enquête pour permettre aux citoyens français et allemands de dire comment ils vivent et ressentent la relation entre leurs deux pays.
En 26 questions et un appel à témoignages, il s’agit d’apprécier au plus juste le regard que chacun de nos peuples porte sur l’autre. Son ressenti aujourd’hui. Sa façon d’envisager un avenir commun.

Les résultats seront publiés en janvier 2013, à l’occasion du cinquantenaire du traité de l’Elysée. Ils nourriront l’offre éditoriale que les médias partenaires consacreront au cinquantième anniversaire du traité de l’Elysée et doivent permettre également l’organisation d’un événement public ambitieux en France et en Allemagne, avec l’ensemble des acteurs concernés, dans la semaine du 14 au 18 janvier 2013.
Cette enquête est menée en partenariat avec l’OFAJ, l’université franco-allemande, la fondation Robert Schuman, la Fondation Jean-Jaurès, la Fondapol, la Konrad-Adenauer Stiftung et la Friedrich-Ebert Stiftung, ainsi que la fondation Charles de Gaulle.
Consultez la page dédiée au cinquantenaire du traité de l’Elysée sur le site de Radio France et répondez à l’enquête en cliquant ici

Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éd.), La construction d’un espace scientifique commun? La France, la RFA et l’Europe après le « choc du Spoutnik », Brüssel, Peter Lang, 2012, 321 pages

Cet ouvrage a pour objectif d’analyser la contribution des relations scientifiques à la construction de l’espace européen à partir du « choc du Spoutnik » (1957) jusqu’à la mise en place du premier programme cadre européen dans la première moitié des années 1980. Les auteurs s’interrogent sur les convergences et divergences des systèmes scientifiques en Europe et sur les questions de coopération et de concurrence entre les pays de l’Europe de l’Ouest. L’ouvrage met en particulier l’accent sur les évolutions en France et en RFA et sur la « dynamique franco-allemande ». Y a-t-il à cette époque une coopération franco-allemande privilégiée ou une impulsion franco-allemande déterminante pour une coopération européenne en matière de recherche et d’enseignement supérieur, alors que la Communauté européenne n’avait encore guère de compétences en la matière ? À la lecture des communications ici rassemblées, il s’avère qu’il faut porter sur le « tandem franco-allemand » un regard plus nuancé, car la compétition, la rivalité, un reste de méfiance et une certaine fascination pour la recherche conduite aux États-Unis s’expriment encore dans les relations entre les deux pays. Entre menace soviétique et défi américain, il s’agit de montrer comment l’espace scientifique et universitaire européen se forme par la conjonction de projets bilatéraux et multilatéraux sur le « vieux continent ».

Voir le sommaire, des extraits ou commander sur le site de l’éditeur

Corine Defrance, Ulrich Pfeil (éd.), La France, l’Allemagne et le traité de l’Élysée, 1963–2013, Paris, CNRS Éditions, 2012, 503 pages

Signé en janvier 1963, le traité de l’Élysée s’insère dans un processus de rapprochement entamé bien en amont, mais marque cependant un moment symbolique majeur et entame l’ère de l’institutionnalisation des relations bilatérales. Il proposait un nouveau modèle d’entente et créait une dynamique sans précédent, faisant du « couple » franco-allemand le véritable moteur de la construction européenne.

Cinquante ans après, cet ouvrage étudie, sur la longue durée, tous les domaines de cette relation privilégiée. Comment le traité fut-il conçu et rédigé ? Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Et quel avenir pour le couple franco-allemand dans l’Europe des 27 ?

 Voir le sommaire, des extraits ou commander sur le site de l’éditeur

14-06-2012 / 31-08-2012
Lieu : Archives nationales de Luxembourg
Plateau du Saint-Esprit à Luxembourg.

L’exposition « Marianne et Germania » regroupe 90 caricatures allemandes et françaises dans lesquelles les deux emblèmes nationaux, Marianne, femme séduisante coiffée d’un bonnet phrygien et Germania, sévère et teutonique, occupent une place privilégiée en tant qu’effigies de leur pays.

A travers des exagérations, simplifications et déformations du vocabulaire formel, le public explore « l’âme » de chaque nation. Pendant les périodes historiques agitées, les caricatures étaient essentiellement utilisées à des fins de propagande. Ce choix représentatif de caricatures montre le chemin long et ardu qu’il a fallu parcourir pour que de ces deux nations, certes, voisines mais souvent ennemies, naisse le couple franco-allemand.

L’exposition a été élaborée par Prof. Dr. Ursula E. Koch et a été inaugurée le jeudi, 14 juin 2012 à 18:00 heures aux Archives nationales de Luxembourg.

Elle est placée sous le Haut Patronage de la Ministre de la Culture Octavie Modert.

Vom 14. Juni bis zum 31. August 2012 präsentieren die Nationalbibiothek und das Nationalarchiv die Ausstellung « Marianne & Germania » im Gebäude des Nationalarchivs am Plateau du Saint-Esprit.

Die Ausstellung « Marianne und Germania » präsentiert rund 90 deutsche und französische Karikaturen, in denen die beiden berühmten allegorischen Nationalfiguren im Mittelpunkt stehen: die oft verführerisch dargestellte Marianne mit ihrer roten Jakobinermütze und die teutonische Germania als Repräsentantinnen ihres eigenen Landes.

Durch bewusste Übertreibungen, Vereinfachungen oder Verzerrungen gewinnt man Einblicke in die « Seele » der jeweils anderen Nation. In spannungsgeladenen Zeiten dienen Karikaturen der Agitation, der Propaganda und der Beeinflussung der öffentlichen Meinung. Vor allem dem jungem Publikum führt so manche Karikatur vor Augen, welch langer und schwieriger Weg zurückzulegen war, bis aus den beiden so oft verfeindeten europäischen Nachbarländern das uns heute vertraute « deutsch-französische Paar » entstehen konnte.

Ces informations ont déjà été transmises aux membres par lettre circulaire.
Diese Informationen wurden schon den Mitgliedern per Rundschreiben weitergeleitet.


“Gewerkschaften, Arbeitswelt und Arbeiterkultur in Frankreich und in Deutschland von 1890 bis 1990”
« Syndicats et comportement ouvrier en France et en Allemagne 1890-1990 »

Freitag, den 5. Oktober –  Samstag, den 6. Oktober – Berlin
vendredi 5 au samedi 6 octobre 2012 – Berlin

Konferenzsaal der Friedrich Ebert Stiftung
Berlin, Hiroshimastrasse 17 (neben dem Tiergarten)