Comité franco-allemand des historiens

Le 5e prix de thèse du Comité a été décerné, lors de l'AG du 30 septembre 2016,
à Marion Aballéa pour sa thèse: „Un exercice de diplomatie chez l’ennemi : l’ambassade de France à Berlin 1871-1933“

En savoir plus

A VOIR

Petit tour des blogs d’histoire germanophones

Deutschland heute

Avis de soutenance de HDR

Sylvie Toscer-Angot a soutenu son HDR le 1er mars 2017 à l’université de Toulouse. Le sujet de son HDR s’intitulait « Politique et religion en RFA« .

Le document inédit portait sur : La République fédérale d’Allemagne face au défi de la pluralité religieuse : régulation de l’islam et reconnaissance des associations islamiques au sein du système éducatif allemand

Depuis quelques décennies, la nature des relations entre politique et religion en République fédérale d’Allemagne a fait l’objet de profondes mutations, liées à la sécularisation, à l’importance grandissante du nombre des personnes dites sans confession, à la pluralisation religieuse, et notamment à la présence de plus en plus affirmée de l’islam.
Ces évolutions qui tendent à remettre en question l’équilibre bi-confessionnel protestant-catholique, longtemps considéré comme une dimension essentielle de l’identité collective allemande, ainsi que la légitimité même du monopole dont bénéficient encore les Eglises chrétiennes, bousculent les représentations d’une société qui a du mal à penser le pluralisme et la neutralité confessionnelle sans référence au christianisme.
Face aux revendications croissantes de communautés de croyances désireuses d’obtenir des droits ainsi qu’une reconnaissance institutionnelle et une visibilité plus grande dans l’espace public, les autorités publiques sont amenées à trouver des solutions politiques et juridiques, susceptibles de concilier la protection de la liberté de conscience et de religion, le principe de neutralité de l’Etat et l’égalité de traitement de toutes les communautés religieuses. C’est à travers la question de la reconnaissance de l’islam dans le système éducatif allemand que sont étudiées les réponses des pouvoirs publics allemands face au défi de la pluralité religieuse.

 Garante de l’HDR : Madame Françoise KNOPPER, professeur émérite à l’Université Toulouse Jean-Jaurès
Membres du jury :
Monsieur Yves BIZEUL, professeur à l’Université de Rostock
Monsieur Patrick CABANEL, directeur d’études à l’EPHE
Madame Françoise KNOPPER, professeur émérite à l’Université de Toulouse Jean Jaurès
Monsieur Jacques LAJARRIGE, professeur à l’Université de Toulouse Jean Jaurès
Madame Christine MAILLARD, professeur à l’Université de Strasbourg
Monsieur Jean-Paul WILLAIME, directeur d’études émérite à l’EPHE

 Sylvie Toscer-Angot, maître de conférences à l’université Paris Est Créteil, est chercheure statutaire au GSRL.
Ses principaux domaines de recherche portent sur les relations Eglises-Etat et les relations entre politique, religions et sociétés en Allemagne depuis la Réforme, ainsi que sur les processus de sécularisation et laïcisation et la régulation de la diversité religieuse en Allemagne.

Courriel : angot.sylvie(at)orange.fr

 

Nouvelle parution :

Gwenola Sebaux, (Post) Colonisation, (Post) Migration. Ces Allemands entre Allemagne et Roumanie,
Paris, éd. Le Manuscrit, Coll. Carrefours d’empire, 2015

Dans l’Allemagne contemporaine vivent des Allemands « différents » des nationaux : les Souabes du Banat. Dans l’ouest de la Roumanie vit encore, au début du XXIe siècle, une minuscule minorité allemande. Qu’est-ce qui unit et sépare ces « autres » Allemands ? La communauté allemande du Banat, forgée au XVIIIe siècle par la politique de colonisation habsbourgeoise aux confins de l’Empire, a connu dans la seconde moitié du XXe siècle une scission profonde et irréversible, avec la rémigration de la plupart de ses membres en terre ancestrale allemande. L’enquête contrastive inédite sur cette minorité révèle une extraordinaire continuité de l’identité allemande : littéralement fixée par l’entreprise colonisatrice au XVIIIe siècle, mythifiée au XIXe siècle, et cristallisée dans la tourmente des guerres du XXe siècle – aujourd’hui réinventée. Cette étude questionne et éclaire la question de l’identité et de l’imaginaire national.

(Post) Kolonisation – (Post) Migration. Deutsche zwischen Deutschland und Rumänien

Im heutigen Deutschland leben Deutsche, die „anders“ sind: die Banater Deutschen. In Westrumänien lebt immer noch, im 21. Jh., eine winzige deutsche Minderheit. Was eint diese „anderen“ Deutschen – die emigrierten und die im Banat gebliebenen – und was trennt sie voneinander? Die deutsche Bevölkerungsgruppe im Banat, herausgebildet im 18. Jh. aus der Habsburger Kolonisationspolitik, hat infolge der Remigration der meisten Mitglieder ins einstige Vaterland im 20. Jh. eine tiefgreifende, unumkehrbare Spaltung miterlebt. Diese erste, komparatistisch angelegte Untersuchung über diese Minderheit zeigt bemerkenswerte Kontinuitätslinien der deutschen Identität auf: sozusagen fixiert durch die Kolonisationspolitik des 18. Jh., mythisiert im 19. Jh., schlieβlich kristallisiert im Wirbel der Weltkriege im 20. Jh. – und heute neu gestaltet. Diese Studie hinterfragt und beleuchtet die Problematik der Identität und der nationalen Vorstellungsbilder.

Gwénola Sebaux est Docteur en études germaniques, Professeur en civilisation allemande à l’Université catholique de l’Ouest (Angers). Elle est membre du Comité Franco-Allemand des Historiens (CFAH). Ses recherches, menées dans une perspective historique et anthropologique, portent essentiellement sur les minorités allemandes d’Europe centre et sud-orientale et d’ex-URSS, et sur la politique migratoire et post-migratoire de l’Allemagne contemporaine.

Gwénola Sebaux ist Professorin für Zeitgeschichte an der Université catholique de l’Ouest (Angers). Ihre historisch-anthropologischen Forschungsschwerpunkte sind: Geschichte und Zeitgeschichte der deutschen Minderheiten in Mittel- und Osteuropa und der ehemaligen Sowjetunion, sowie Migrationspolitik und Migrationsfragen in der Bundesrepublik Deutschland.

Donnerstag, 9. Januar 2014, im DHIP
18 h

Vortrag von Axel Schildt, Forschungsstelle für Zeitgeschichte in Hamburg,
im Rahmen der Vortragsreihe »Les jeudis de l’actualité historiographique« zur politischen Kommunikation im 20. Jahrhundert
Kommentar: Rainer Hudemann, Universität Paris-Sorbonne

Conférences avec interprétation simultanée franco-allemande
Renseignements et inscriptions sur event@dhi-paris.fr

 

Einladung_Politische_Kommunikation

Appel à participation (date limite 9 janvier 2012)

Les Entretiens de Malbrouck :
Un séminaire unique en France sur l’Allemagne actuelle
7-10 Février à Metz

Dans le cadre de la première édition des Entretiens de Malbrouck organisé à l’initiative du Conseil Général de la Moselle, l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) invite 20 étudiants/doctorants à participer à un atelier franco-allemand en amont de cette rencontre, le 7 février 2012 à l’Institut Régional d’Administration de Metz.

Voir les détails en français
Voir les détails en allemand

Les candidatures accompagnées d’un CV, d’une lettre de motivation et d’un exposé de 2 pages sur l’un des trois thèmes cités (cf. pdf) sont à adresser à Tina Waedt
jusqu’au 9 janvier 2012 au plus tard : waedt@ofaj.org

Nouvelle publication d’un membre du Comité

Stephan Martens (éd.), L’unification allemande et ses conséquences pour l’Europe, 20 ans après, Préface d’Alain Juppé. Collection «Histoire et Civilisations », Septentrion, 220 p.

Bulletin de commande (courrier) – ou en ligne – ou par votre libraire habituel

Fait historique désormais quasi banal, les effets de l’unification allemande le sont beaucoup moins. Le processus d’unification n’a pas été un « long fleuve tranquille », d’une part, et l’Europe a connu un bouleversement géopolitique majeur avec l’avènement de l’euro (sur le modèle du deutschemark) et celui de l’Union européenne et son élargissement (sous impulsion allemande), d’autre part. Et aujourd’hui, les doutes se font jour : l’Allemagne, bien ancrée dans l’aventure européenne, redécouvre-t-elle ses intérêts en les défendant de façon égoïste ? Les spécialistes des questions allemandes et européennes, qui ont participé à cet ouvrage, persistent et signent : l’Allemagne se situe toujours au centre de l’intérêt européen.

Stephan Martens est Professeur des Universités, Directeur de l’UFR Langues et civilisations à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Image

Zugang zu allen Bulletins des Komitees

Accès à tous les bulletins du Comité

Le dernier bulletin du Comité est disponible.
Vous pouvez désormais le feuilleter en ligne...